Commentaire biblique d'Éphésiens 1:4-11

Pere et fils

« En [Christ] Dieu nous a élus avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et irréprochables devant lui; il nous a prédestinés dans son amour à être ses enfants d’adoption par Jésus-Christ, selon le bon plaisir de sa volonté, pour célébrer la gloire de sa grâce dont il nous a favorisés dans le bien-aimé. En lui nous avons la rédemption par son sang, le pardon des péchés, selon la richesse de sa grâce, que Dieu a répandue abondamment sur nous par toute espèce de sagesse et d’intelligence; il nous a fait connaître le mystère de sa volonté, selon le bienveillant dessein qu’il avait formé en lui-même, pour le mettre à exécution lorsque les temps seraient accomplis, de réunir toutes choses en Christ, celles qui sont dans les cieux et celles qui sont sur la terre. En lui nous sommes aussi devenus héritiers, ayant été prédestinés suivant le plan de celui qui opère toutes choses d’après le conseil de sa volonté ». (Éphésiens 1:4-11)

Il est manifeste qu'Éphésiens 1 met considérablement l'accent sur la volonté intentionnelle de Dieu, c'est-à-dire sur ce que Dieu désire et décide de faire. Le verset 5 dit : « il nous a prédestinés dans son amour à être ses enfants d’adoption par Jésus-Christ, selon le bon plaisir [eudoka] de sa volonté [thelema]. » Le verset 9 dit : « Il nous a fait connaître le mystère de sa volonté [thelema], selon le bienveillant [eudokia] dessein [protithemai] qu’il avait formé en lui-même ». Puis, au verset 11, nous lisons que « nous sommes [...] prédestinés suivant le plan de celui qui opère toutes choses d’après le conseil de sa volonté ». Nous trouvons ici trois mots, prothesis, boule et thelema, quasiment superposés les uns sur les autres dans le but de souligner le concept de dessein éternel. Le verset dit aussi que Dieu fait « toutes choses » selon le conseil de sa volonté. C'est pourquoi les déterministes parlent d'un décret éternel qui est exhaustif et universel : Paul ne dit-il pas « toutes choses [1]HOWARD, Grand J.. Knowing God's Will, p. 53-54 : « Dieu est impliqué dans toutes les circonstances de notre vie. Éphésiens 1:11 déclare qu'il opère "toutes choses selon le conseil de sa volonté". Le contexte traite du fait que le salut, dans toute sa grandeur, nous appartient en raison de ce que Dieu a fait pour nous en Christ. Ce qui est arrivé au croyant est arrivé parce que Dieu est à l'œuvre. En fait, dit Paul, il opère toutes choses (le salut et tout le reste) selon le conseil de sa volonté. »? »

Toutefois, ceux qui comprennent cela dans un sens absolu ne prennent pas en considération le contexte immédiat et le thème principal du livre des Éphésiens. L'expression « toutes choses » (panta) n'est pas nécessairement absolue et doit être comprise dans les limites imposées par son contexte. Nous voyons cela clairement dans 1 Corinthiens 12:6, qui dit que Dieu « opère toutes choses [panta] en tous » (Bible Martin). Le langage est exactement le même que celui d'Éphésiens 1:11. Le verbe est également le même (energeo). Pourtant, le contexte de 1 Corinthiens 12 limite clairement la référence à « toutes choses » aux dons spirituels du Saint-Esprit, et le verset 11 le dit spécifiquement : « Un seul et même Esprit opère toutes ces choses, les distribuant à chacun en particulier comme il veut ». De la même manière, le contexte d'Éphésiens 1:11 ne nous permet pas de penser que « toutes choses » doit être compris dans un sens absolu. Le contexte nous montre l'objectif spécifique du but de Dieu.

Quelle est cet objet spécifique du but de Dieu ? La clé d'une bonne compréhension de cette question réside dans la référence de Paul au « mystère de sa volonté » au verset 9. Quel est le mystère dont Paul parle ici ? Il y fait à nouveau référence au chapitre trois, où il s'étonne que lui en particulier ait eu le privilège de connaître ce mystère. Il dit que « [c]’est par révélation que j’ai eu connaissance du mystère sur lequel je viens d’écrire en peu de mots. En les lisant, vous pouvez vous représenter l’intelligence que j’ai du mystère de Christ » (Ep 3:3-4). « A moi, qui suis le moindre de tous les saints, cette grâce a été accordée d’annoncer aux païens les richesses incompréhensibles de Christ, et de mettre en lumière le moyen de faire connaître le mystère caché de toute éternité en Dieu qui a créé toutes choses » (Ep 3:8-9).

Nous devons faire attention à ne pas nous référer au mystère d'une manière trop générale, comme s'il concernait uniquement Christ ou le salut. Dans ce contexte, le mystère est beaucoup plus spécifique que cela. Paul l'énonce de façon plus précise en Éphésiens 3:6 : « Ce mystère, c’est que les païens sont cohéritiers, forment un même corps, et participent à la même promesse en Jésus-Christ par l’Évangile ». Voilà le grand mystère qui « n’a pas été manifesté aux fils des hommes dans les autres générations, comme il a été révélé maintenant par l’Esprit aux saints apôtres et prophètes de Christ » (Ep 3:5).

L'apôtre Paul, qui avait été choisi pour être l'apôtre des Gentils, était tout simplement bouleversé par ce fait. Personne n'était plus attaché à l'exclusivité juive que Saul de Tarse. Personne n'était donc plus bouleversé que lui par le fait que Dieu abandonnait désormais, en Christ, cette exclusivité pour rassembler les Gentils (les Gentils !) avec les Juifs en un nouveau type de corps appelé l'Église (Ep 3:10). Dans Éphésiens 2, il commente le fait que Jésus a renversé le mur de séparation qui séparait les Juifs et les Gentils et qu'il a ainsi fait de ces deux groupes un seul homme nouveau, les réconciliant tous deux en un seul corps avec Dieu par la croix (Ep 2:11-16). Même sa référence au mariage, « les deux deviendront une seule chair » rappelle à nouveau ce grand mystère, à savoir que les deux groupes (Juifs et Gentils) sont devenus un seul corps en Christ en étant l'Église (Ep 5:31-32).

C'est ce même mystère qu'il décrit dans Éphésiens 1. Oui, Dieu fait toutes choses selon le conseil de sa volonté, mais de quel conseil ou plan spécifique s'agit-il ici ? Le projet d'unir les Juifs et les païens en un seul corps pour la gloire de Dieu. Ce dessein spécifique apparaît dans les versets qui suivent immédiatement :

« [...] afin que nous servions à célébrer sa gloire, nous qui d’avance avons espéré en Christ. En lui vous aussi, après avoir entendu la parole de la vérité, l’Évangile de votre salut, en lui vous avez cru et vous avez été scellés du Saint-Esprit qui avait été promis, lequel est un gage de notre héritage, pour la rédemption de ceux que Dieu s’est acquis, pour célébrer sa gloire. » (Ep 1:12-14)

Dans ces versets (comme dans Éphésiens 1:4-11), le « nous » fait référence aux Juifs et le « vous » aux Gentils. Paul s'identifie aux Juifs, qu'il nomme « [ceux] qui d’avance [ont] espéré en Christ. ». Dans les versets qui précédent, il s'attarde sur le dessein de Dieu à l'égard des Juifs en tant que nation : comment Dieu les a élus (« nous ») avant la fondation du monde, comment il les a prédestinés à être adoptés en tant que fils, comment il leur a offert l'Évangile de grâce en premier[2]Voir Romains 1:16, « du Juif premièrement, puis du Grec ». Voir aussi Romains 2:9-10.. Il convient de noter que les références à la prédestination dans Éphésiens 1 parlent précisément de la prédestination de la nation d'Israël, et non des croyants de manière individuelle. Jusqu'à Éphésiens 1:12, l'accent est mis sur le dessein de Dieu pour les Juifs (« nous »). Dans les versets qui suivent, il commence à se référer au « vous », c'est-à-dire aux Gentils. Au verset 12, il dit que « nous qui d’avance avons espéré en Christ », nous servions à célébrer sa gloire, et maintenant « vous aussi » avez été introduits dans la sphère du salut « pour célébrer sa gloire ». C'est ce même sujet qu'il continue à développer, en particulier dans les chapitres deux et trois.

Nous voyons donc que le « toutes choses » d'Éphésiens 1:11 n'a pas une étendue universelle. La volonté intentionnelle ou décrétive de Dieu n'inclut pas toutes les choses qui se passent dans chaque détail de l'histoire. Cependant, elle inclut l'établissement de l'Église en tant que corps qui unit les Juifs et les Gentils sous une seule tête, Jésus-Christ. C'est probablement la principale idée de la mission qu'Ananias transmet à Saul de Tarse en Actes 22:14, « Le Dieu de nos pères t’a destiné à connaître sa volonté[3]Paul a très justement compris que sa désignation même d'apôtre des Gentils faisait partie de cette volonté intentionnelle de Dieu. Il se désigne régulièrement comme « apôtre de Jésus-Christ par la volonté de Dieu » (1Co 1:1). Voir 2Co 1:1 ; Ep 1:1 ; Col 1:1 ; 2Ti 1:1. ». Voir aussi Colossiens 1:27.


Source : COTTRELL, Jack. What the Bible Says About God the Ruler. Eugene, OR : Wipf & Stock Publishers, 2000, p. 306-309. Disponible à l'adresse : http://evangelicalarminians.org/does-ephesians-1-1-11-support-calvinism/

Source des citations bibliques : La Sainte Bible : nouvelle édition de Genève 1979. Genève : Société Biblique de Genève, 1979.

Références

Références
1HOWARD, Grand J.. Knowing God's Will, p. 53-54 : « Dieu est impliqué dans toutes les circonstances de notre vie. Éphésiens 1:11 déclare qu'il opère "toutes choses selon le conseil de sa volonté". Le contexte traite du fait que le salut, dans toute sa grandeur, nous appartient en raison de ce que Dieu a fait pour nous en Christ. Ce qui est arrivé au croyant est arrivé parce que Dieu est à l'œuvre. En fait, dit Paul, il opère toutes choses (le salut et tout le reste) selon le conseil de sa volonté. »
2Voir Romains 1:16, « du Juif premièrement, puis du Grec ». Voir aussi Romains 2:9-10.
3Paul a très justement compris que sa désignation même d'apôtre des Gentils faisait partie de cette volonté intentionnelle de Dieu. Il se désigne régulièrement comme « apôtre de Jésus-Christ par la volonté de Dieu » (1Co 1:1). Voir 2Co 1:1 ; Ep 1:1 ; Col 1:1 ; 2Ti 1:1.
retour en haut du site