Dieu endurcit-il les cœurs en raison de la double prédestination ? (Rm 9:17-19)

Israël en Egypte

Car l’Ecriture dit à Pharaon : Je t’ai suscité à dessein pour montrer en toi ma puissance, et afin que mon nom soit publié par toute la terre. Ainsi, il fait miséricorde à qui il veut, et il endurcit qui il veut. Tu me diras : Pourquoi blâme-t-il encore ? Car qui est-ce qui résiste à sa volonté ? (Rm 9:17-19)

Problématique

Des théologiens calvinistes affirment que ce passage fait référence à l'élection inconditionnelle de Dieu et à sa grâce irrésistible. D'autres vont encore plus loin en soutenant qu’il appuie la double prédestination. Est-ce vraiment le cas ?

Réponse

Bien entendu, ce n'est pas ce que le texte soutient. Paul enseigne que Dieu endurcira le cœur de certains afin d’amener d’autres personnes à recevoir Christ. Cependant, même ces personnes endurcies peuvent se tourner vers Dieu si elles se repentent. Voici un certain nombre d'observations soutenant cette interprétation :

Premièrement, c’est Pharaon qui le premier a endurci son cœur. Dieu avait prédit que Pharaon aurait le cœur endurci (Ex 4:21 ; Ex 7:3), mais c'est bien Pharaon qui est à l'origine de son endurcissement dans Exode 7:13-9:11. La première action de Dieu pour endurcir le cœur de Pharaon se trouve dans Exode 9:12.

Deuxièmement, le mot « endurci » devrait être traduit par « fortifié ». Le mot hébreu pour « endurcir » (chazaq) peut être traduit par « rendre fort, encourager, réparer[1]FOSTER, Roger T., MARTSON, V. Paul. God’s Strategy in Human History. Minneapolis, Minnesota : Bethany House Publishers, 1974, p. 270. ». Le dictionnaire Strong donne pour ce mot les définitions suivantes : « fortifier, prévaloir, être fort, devenir fort, être courageux, être ferme, être résolu.[2]STRONG, James, PETRAKIAN, Yves (trad.). In : Concordance exhaustive de la Bible [The Exhaustive Concordance of the Bible]. Cincinnati, Jennings & Graham, . Disponible à l’adresse : https://www.levangile.com/Lexique-Hebreu-2388-chazaq.htm ». Forster et Marston montrent que ce mot est toujours traduit par le verbe « endurcir » dans le livre d'Exode alors qu’il n’est presque jamais traduits ainsi dans le reste de l'AT.

Troisièmement, Dieu a donc donné au Pharaon le « courage » ou la « force » de réaliser son mauvais désir. Forster et Marston écrivent : « Le mauvais désir était déjà en Pharaon, l'action du Seigneur lui a simplement donné le courage de l’accomplir [...] Alors que n'importe quelle personne normale aurait cédé par peur, Pharaon a reçu une force surnaturelle pour poursuivre sa mauvaise voie dans la rébellion[3]FOSTER, Roger T., MARTSON, V. Paul. God’s Strategy in Human History. Minneapolis, Minnesota : Bethany House Publishers, 1974, p. 65, 66.. » Pour illustrer cela, imaginons le cas d’un homme qui veut tuer son patron, mais qui n'en a pas le courage. Il va chercher une bouteille de whisky. Sans l'alcool, il n'aurait pas le courage de tuer son patron, mais l’ivresse que procure cette boisson lui donne le courage de réaliser l'acte qu'il veut commettre. De la même manière, Dieu a donné le courage nécessaire à Pharaon pour qu’il accomplisse ce qu'il voulait faire.

Quatrièmement, endurcir des personnes totalement dépravées n'a pas le moindre sens dans une optique calviniste. Les calvinistes affirment que les réprouvés sont « morts » signifiant par là qu'ils sont incapables d'exercer ne serait-ce même leur foi envers l'Évangile. Mais pourquoi donc Dieu « endurcirait » une personne spirituellement morte depuis sa naissance ? Cela reviendrait à bander les yeux d’un cadavre[4]FLOWERS, Leighton. The Potter’s Promise: A Biblical Defense of Traditional Soteriology. Evansville, IN : Trinity Academic Press, 2017, p. 50..

Cinquièmement, l'« endurcissement » du Pharaon illustre l'endurcissement de la nation d'Israël. L'endurcissement du Pharaon n'était pas lié à un caprice de Dieu. Pharaon ayant rejeté la parole et les signes de Dieu, Dieu l'a endurci pour (ou « lui donné la force de ») réaliser son désir. De ce fait, Pharaon est une très bonne illustration pour Paul qui veut expliquer l’endurcissement de la nation d'Israël. Il ne s'agit pas d'une élection arbitraire et inconditionnelle. Au contraire, la nation s'était endurcie envers les paroles et les signes de Jésus, et Dieu les a endurcis pour (ou « leur a donné la force de ») réaliser leur désir.

Soit dit en passant, ce point de vue correspond parfaitement à ce que nous lisons dans Actes 28. Paul a parlé, durant toute une journée, de l'Évangile à un auditoire juif (Ac 28:23). Luc rapporte que « Les uns furent persuadés par ce qu’il disait, et les autres ne crurent point » (Ac 28:24). Citant Ésaïe 6:9-11, Paul soutient que la raison pour laquelle ils ne croient pas est précisément parce qu'ils ne comprennent pas et ne verront pas (Ac 28:26). Plus précisément, nous lisons : « Car le cœur de ce peuple est devenu insensible ; Ils ont endurci leurs oreilles, et ils ont fermé leurs yeux » (Ac 28:27). Cependant, s'ils ne s'étaient pas détournés de Dieu, Paul déclare : « qu’ils [verraient] de leurs yeux, qu’ils [entendraient] de leurs oreilles, qu’ils [comprendraient] de leur cœur, qu’ils se [convertiraient], et que je les [guérirai] » (Ac 28:27). En conséquence, Paul indique qu'il apportera le message du salut aux païens, car « ils l’écouteront » (Ac 28:28).

Sixièmement, l’endurcissement d'Israël n'est ni arbitraire ni fataliste. La raison de l’endurcissement d'Israël provenait du fait qu'ils cherchaient à obtenir le salut par les œuvres et non par la foi (Rm 9:30-33 ; Rm 10:3-4). Dieu a utilisé cet endurcissement pour atteindre d'innombrables peuples païens. De plus, Paul écrit que les individus israélites ne sont pas condamnés à rester dans l'incrédulité car ils peuvent toujours venir à Christ. Paul écrit : « Est-ce pour tomber qu’ils [Israël] ont bronché ? Loin de là ! Mais, par leur chute, le salut est devenu accessible aux païens, afin qu’ils soient excités à la jalousie. Or, si leur chute a été la richesse du monde, et leur amoindrissement la richesse des païens, combien plus en sera-t-il ainsi quand ils se convertiront tous. » (Rm 11:11-12). Ce passage enseigne explicitement que Dieu utilisait cet endurcissement pour atteindre de nombreux païens (« par leur chute, le salut est devenu accessible aux païens ») mais également qu’il existe toujours de l'espoir pour les individus israélites (« Est-ce pour tomber qu’ils [Israël] ont bronché ? Loin de là ! [...] combien plus en sera-t-il ainsi quand ils se convertiront tous. »).

Dieu en endurcissant le Pharaon suivait un objectif semblable : atteindre une multitude de personnes (Israël et au-delà). Paul écrit : « Car l’Écriture dit à Pharaon : Je t’ai suscité à dessein pour montrer en toi ma puissance, et afin que mon nom soit publié par toute la terre » (Rm 9:17). En Romains 11, Paul utilise l’histoire du Pharaon pour faire face à ses détracteurs juifs. Il déclare que Dieu a « endurci » les Israélites, afin d’étendre sa miséricorde aux païens (Rm 11:6-11). À la fin du chapitre 11, Paul écrit : « Car Dieu a renfermé tous les hommes dans la désobéissance pour faire miséricorde à tous » (Rm 11:32). Le but du plan de Dieu est de faire preuve de miséricorde envers tous (« toute la terre » Rm 9:17). Auparavant, Paul a parlé du jugement de Dieu envers deux groupes ethniques distincts : les païens (Rm 1:18-2:16) et les juifs (Rm 2:17-3:20). Walls et Dongell écrivent : « Si nous admettons que la stratégie de Paul consiste à incriminer les individus à travers l'incrimination de leur groupe d'appartenance, alors la cohérence exige que nous admettions par extension le même principe concernant la miséricorde de Dieu. C’est ce que semble dire Romains 11:32[5]WALLS, Jerry, DONGELL, Joseph. Why I Am not a Calvinist. Downers Grove, IL : InterVarsity, 2004, p. 51.. »

Conclusion

La problématique traitée par Romains 9 n'est pas que Dieu choisit de sauver une personne plutôt qu'une autre. Il s’agit plutôt du choix de Dieu de faire entrer dans son royaume un grand nombre de païens, et pas uniquement des juifs. Alors que certains théologiens interprètent Romains 9 comme une restriction dans le plan de salut de Dieu, nous devrions lire ce passage comme une extension dans le plan de salut de Dieu. [Pour une explication plus complète de Romains 9, voir notre article : Interprétation arminienne de Romains 9.]


Article original : ROCHFORD, James M.. (Rom. 9:17-19) Is this passage saying that God will harden people’s hearts to keep them from receiving Christ?. In : Evidence Unseen [en ligne]. [consulté le 2020-09-17]. Disponible à l’adresse : http://www.evidenceunseen.com/bible-difficulties-2/nt-difficulties/romans-2/rom-917-19-is-this-passage-saying-that-god-will-harden-peoples-hearts-to-keep-them-from-receiving-christ/

Source des citations bibliques : La Sainte Bible : nouvelle édition de Genève 1979. Genève : Société Biblique de Genève, 1979.

Références

Références
1FOSTER, Roger T., MARTSON, V. Paul. God’s Strategy in Human History. Minneapolis, Minnesota : Bethany House Publishers, 1974, p. 270.
2STRONG, James, PETRAKIAN, Yves (trad.). In : Concordance exhaustive de la Bible [The Exhaustive Concordance of the Bible]. Cincinnati, Jennings & Graham, . Disponible à l’adresse : https://www.levangile.com/Lexique-Hebreu-2388-chazaq.htm
3FOSTER, Roger T., MARTSON, V. Paul. God’s Strategy in Human History. Minneapolis, Minnesota : Bethany House Publishers, 1974, p. 65, 66.
4FLOWERS, Leighton. The Potter’s Promise: A Biblical Defense of Traditional Soteriology. Evansville, IN : Trinity Academic Press, 2017, p. 50.
5WALLS, Jerry, DONGELL, Joseph. Why I Am not a Calvinist. Downers Grove, IL : InterVarsity, 2004, p. 51.
retour en haut du site