La sanctification du croyant est-elle irrévocable ? (Hébreux 10:11-14)

Melquisedec.jpg

Peinture : FRIAS Y ESCALANTE, Juan Antonio de. Abraham et Melchisédech. 1668 

De nombreux partisans de la doctrine de la préservation inconditionnelle ont fait appel à deux versets du dixième chapitre de l'épître aux Hébreux :

« C’est en vertu de cette volonté que nous sommes sanctifiés, par l’offrande du corps de Jésus-Christ, une fois pour toutes [...] Car, par une seule offrande, il a amené à la perfection pour toujours ceux qui sont sanctifiés » (He 10:10, 14).

Une lecture rapide semble apporter la conclusion que la sanctification du croyant, une fois effectuée, l’est « une fois pour toutes [...] pour toujours », et est donc irrévocable. Mais examinons attentivement le passage.

Deux grandes vérités sont présentes dans Hébreux 10:10-14 et son contexte : l'offrande de Christ comme « un seul sacrifice pour les péchés » éternellement efficace, puis la sanctification et la perfection qui en découlent pour tous ceux qui se confient en lui. Nous allons établir deux faits :

(1) La condition « une fois pour toutes » est associée principalement au fait que Jésus se soit offert de Lui-même comme sacrifice éternel pour le péché, et seulement secondairement aux hommes ; et (2) chaque homme participe au bénéfice de l'expiation du Christ faite une fois pour toutes pour les péchés de l'humanité, non pas en vertu d'un seul acte de foi une fois pour toutes, mais en s'appuyant continuellement sur lui.

1. Ce que signifie « une fois pour toutes »

C'est l’offrande volontaire de Christ comme sacrifice propitiatoire pour les péchés de tous les hommes, plutôt que la réelle sanctification des personnes, qui est dite « une fois pour toutes [...] pour toujours ».

Le contraste entre les sacrifices souvent répétés de l'ancienne alliance, qui ne pouvaient « jamais ôter les péchés », et « l'unique sacrifice pour les péchés pour toujours » du Christ est un thème dominant de l'Épître aux Hébreux.

Considérez les passages suivants :

  • [Jésus] n’a pas besoin, comme les souverains sacrificateurs, d’offrir chaque jour des sacrifices, d’abord pour ses propres péchés, ensuite pour ceux du peuple, car ceci il l’a fait une fois pour toutes en s’offrant lui-même. (He 7:27).
  • Il est entré une fois pour toutes dans le lieu très saint, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang, ayant obtenu une rédemption éternelle. (He 9:12).
  • Et ce n’est pas pour s’offrir lui-même plusieurs fois qu’il y est entré, comme le souverain sacrificateur entre chaque année dans le sanctuaire mais pour offrir un autre sang que le sien; autrement, il aurait fallu qu’il ait souffert plusieurs fois depuis la création du monde; mais maintenant, à la fin des siècles, il a paru une seule fois pour effacer le péché par son sacrifice. Et comme il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement, de même Christ, qui s’est offert une seule fois pour porter les péchés de beaucoup d’hommes, apparaîtra sans péché une seconde fois à ceux qui l’attendent pour leur salut. (He 9:25-28).
  • Et tandis que tout sacrificateur fait chaque jour le service et offre souvent les mêmes sacrifices, qui ne peuvent jamais ôter les péchés, lui, après avoir offert un seul sacrifice pour les péchés, s’est assis pour toujours à la droite de Dieu. (He 10:11-12) .

Le sacrifice de Jésus sur la Croix de Golgotha ​​s'est produit à un moment précis dans un lieu précis. Ce fut « à la fin des siècles [...] à la fin des temps » que Jésus mourut sur une colline à l'extérieur de Jérusalem. Mais ce qui s'est passé à un moment et à un endroit précis est indépendant du temps et du lieu. Il est éternellement actuel. [...] Ce que Jésus a accompli par son sacrifice volontaire, l’est « une fois pour toutes [...] pour toujours! » Bien que la condition « une fois pour toutes » fasse référence à l'offrande de Christ comme l'unique sacrifice éternel pour le péché, il y a une application secondaire pour les croyants, pour autant qu’ils se confient en Lui. Elle est secondaire parce qu'elle résulte de l'offrande volontaire du Christ une fois pour toutes, qui leur profite positivement, pour autant qu’ils remplissent les conditions nécessaires. « L'œuvre est achevée du côté divin [...] et peu à peu appropriée du côté de l'homme [...][1]WESCOTT, B. F.. The Epistle to the Hebrews, p. 345.. » On peut objecter que nous négligeons la signification d'Hébreux 10:1-2 : « En effet, la loi qui possède une ombre des biens à venir, et non l’exacte représentation des choses, ne peut jamais, par les mêmes sacrifices qu’on offre perpétuellement chaque année, amener les assistants à la perfection. Autrement, n’aura-t-on pas cessé de les offrir, puisque ceux qui rendent ce culte, étant une fois purifiés, n’auraient plus eu aucune conscience de leurs péchés? »

Certains voudront peut-être prétendre que, contrairement aux sacrifices lévitiques inefficaces, il faut supposer que le sacrifice du Christ accorde en fait une purification irrévocable une fois pour toutes de tous les péchés - passés, présents et futurs - à l'homme qui a cru une fois, car pour lui il n'y aura « plus de conscience des péchés ». Cela, en effet, beaucoup d'hommes bons le croient et l'enseignent. Mais l'auteur de l'Épître aux Hébreux n'est pas parmi eux.

L'argument de l'écrivain n'est pas de dire que, si l'un des sacrifices lévitiques s'était avéré d'une manière ou d'une autre réellement efficace, les adorateurs auraient immédiatement fait l'expérience d'une purification irrévocable une fois pour toutes de tous leurs péchés - passés, présents et futurs. Il est plutôt de dire que, si un seul de ces sacrifices s'était avéré efficace, par celui-ci les adorateurs auraient été purifiés du péché, et ce véritablement plutôt que simplement cérémonieusement[2]De nombreux traducteurs rendent hapax par « une fois pour toutes » en He 10:2. Mais ils sont dans l'erreur, à la lumière du contexte. Le mot lui-même peut signifier soit une fois pour toutes, soit une fois à un moment donné. Il est rendu simplement comme une fois en He 9:7, 2 Co 11:25, Ph 4:16, 1 Th 2:18, et Jude 1:5, dans aucun de ces cas il ne pourrait conserver un sens sensé s'il était rendu par une fois pour toutes.

Ainsi, hapax peut parfois être rendu par une fois pour toutes, et à d'autres moments doit être rendu simplement par une fois. Le contexte doit le déterminer. Le message global d'Hébreux indique qu'il doit être rendu comme une fois dans He 10:2.
. A la suite de quoi, au lieu d'offrir des sacrifices supplémentaires, ils auraient fait appel à la validité de l'unique sacrifice qui s'était avéré efficace. La preuve de l'efficacité de ce sacrifice particulier aurait été l'apaisement complet de la « conscience des péchés » des adorateurs - une réalité que ni le peuple ni le souverain sacrificateur (He 9: 9) n'ont jamais expérimenté à travers l'offrande des sacrifices lévitiques, à cause de leur manque de toute valeur intrinsèque (He 10:4). Loin de leur enlever la conscience des péchés et de la culpabilité, les sacrifices servaient plutôt à leur rappeler leurs péchés (He 10:3). Ce que montre l'auteur dans Hébreux 10:1-4 c’est seulement que les sacrifices lévitiques, étant inefficaces et simplement cérémoniels, ils ne pouvaient accomplir rien de plus que d'anticiper un sacrifice supérieur qui, en revanche, pourrait réellement expier les péchés du peuple et rester perpétuellement efficace. Le sacrifice « une fois pour toutes » de Jésus est la substance dont les sacrifices lévitiques n'étaient que l’ombre.

2. Chaque homme participe au bénéfice du sacrifice en s'appuyant continuellement sur lui

Le fait qu'Hébreux 10:10-14 n'enseigne pas que les hommes entrent irrévocablement dans un état de sanctification devant Dieu par une expérience de la grâce en Christ une fois pour toutes est indiqué par deux considérations importantes.

Premièrement, il est compris par l'utilisation du participe parfait hēgiasmenoi au v. 10 et du participe parfait passif hagiazomenous au v. 14, qui possèdent tous deux un aspect linéaire et concernent le moment présent. Leur signification est pleinement apparente dans l'excellent rendu de Verkuyl : « Par une telle volonté divine nous sommes sanctifiés au moyen de l'offrande du corps de Jésus-Christ une fois pour toutes . [...] Car avec une seule offrande, il perfectionne pour toujours ceux qui se sanctifient ». Ainsi, alors que l'efficacité du sacrifice de Christ est éternellement irrévocable, le bénéfice de son sacrifice une fois pour toutes est progressivement transmis aux hommes à mesure qu'ils s'approchent de Dieu par lui et sont ainsi rendus saints devant Dieu, en Christ.

Considérez la traduction d'Hébreux 7:24, 25 de Montgomery  (qui rend correctement les temps verbaux) : « Mais [Christ], à cause de sa demeure éternelle, possède une prêtrise inviolable. C'est pourquoi il peut continuer à sauver parfaitement ceux qui s'approchent de Dieu par lui, étant donné qu'il est toujours vivant pour intercéder en leur faveur. » [...]

Une deuxième preuve importante qu'Hébreux 10:10-14 n'enseigne pas que les hommes entrent irrévocablement dans un état de grâce bien qu'un acte fait une fois pour toutes, soit la signification du contexte immédiat. Après avoir déclaré le fait de l'efficacité perpétuelle du sacrifice du Christ une fois pour toutes, l'auteur se met immédiatement à exhorter ses lecteurs « donc » à persévérer avec diligence : « Ainsi donc, frères, nous avons, au moyen du sang de Jésus, une libre entrée dans le sanctuaire [...] nous avons un souverain sacrificateur établi sur la maison de Dieu; approchons-nous donc avec un cœur sincère, dans la plénitude de la foi. [...] Retenons fermement la profession de notre espérance, car celui qui a fait la promesse est fidèle. Veillons les uns sur les autres, pour nous exciter à l’amour et aux bonnes œuvres. N’abandonnons pas notre assemblée, comme c’est la coutume de quelques-uns; mais exhortons-nous réciproquement, et cela d’autant plus que vous voyez s’approcher le jour. Car, si nous péchons volontairement [...] ».

L'auteur lance immédiatement après un des plus sévères de ses nombreux avertissements contre le danger d'apostasie . Il s'agit d'avertissements qui s'adressent aux « frères saints, qui avez part à la vocation céleste », pour qui Jésus-Christ est « l’apôtre et le souverain sacrificateur de la foi que nous professons, » (He 3:1).

Au vu des exhortations et des avertissements qui suivent immédiatement, il est évident que l'auteur n'enseigne pas dans Hébreux 10:10-14 qu'un seul acte de foi une fois pour toutes nous introduit dans un état de grâce irrévocable. L'offrande volontaire de Christ constitue un sacrifice une fois pour toutes pour le péché qui reste éternellement efficace; mais notre participation au bénéfice de son unique sacrifice est progressive et entièrement gouvernée par notre persévérance dans la foi et notre soumission à lui.


Source : SHANK, Robert. Life in the Son: A Study in the Doctrine of Perseverance. 2e édition. Springfield, MO : Westcott Publishers, 1960, 1961, p. 121-126. Disponible à l'adresse : http://evangelicalarminians.org/wp-content/uploads/2009/06/Arminian-Responses-to-Passages-for-Perseverance-of-the-Saints.pdf

Source des citations bibliques : La Sainte Bible : nouvelle édition de Genève 1979. Genève : Société Biblique de Genève, 1979.

Références

Références
1WESCOTT, B. F.. The Epistle to the Hebrews, p. 345.
2De nombreux traducteurs rendent hapax par « une fois pour toutes » en He 10:2. Mais ils sont dans l'erreur, à la lumière du contexte. Le mot lui-même peut signifier soit une fois pour toutes, soit une fois à un moment donné. Il est rendu simplement comme une fois en He 9:7, 2 Co 11:25, Ph 4:16, 1 Th 2:18, et Jude 1:5, dans aucun de ces cas il ne pourrait conserver un sens sensé s'il était rendu par une fois pour toutes.

Ainsi, hapax peut parfois être rendu par une fois pour toutes, et à d'autres moments doit être rendu simplement par une fois. Le contexte doit le déterminer. Le message global d'Hébreux indique qu'il doit être rendu comme une fois dans He 10:2.

retour en haut du site