Jean 1:13 soutient-il le calvinisme ?

Ange bébé naissance spirituelle

Problématique

Jean 1:13 dit : « [Les croyants sont nés] non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu ». La version anglaise NIV traduit « ni d’une décision humaine ». Certains calvinistes affirment que ce passage soutient l’idée que la volonté humaine n’a aucun rôle à jouer dans la réception du Christ. Après tout, ce passage oppose la volonté de l’homme au fait de naître « de Dieu ». Est-ce réellement ce que signifie ce passage ?

Réponse

Ces trois façons par lesquelles il est impossible de devenir enfant de Dieu doivent être comprises dans le contexte du judaïsme du premier siècle. Les juifs religieux de cette époque considéraient que ces trois voies permettaient l’accès au salut. À bien des égards, ces trois voies pourraient se résumer en celle-ci : être physiquement né dans la nation d’Israël. C’est ainsi que, en opposition à cette conception, Jean écrit que le salut est au bénéfice de ceux qui choisissent de « recevoir » et de « croire » en Jésus (Jean 1:12).

« non du sang »

Colin Kruse écrit : « Dans l’Antiquité, on considérait que la procréation se faisait par le mélange des sangs (du père et de la mère). Ce passage contredit l’idée que la procréation naturelle puisse être le moyen par lequel les individus deviennent des enfants de Dieu[1]KRUSE, C. G.. John: an introduction and commentary. Downers Grove, IL : InterVarsity Press, 2003, vol. 4, p. 68. ». J. Ramsey Michaels ajoute : « Le pluriel du terme “sang” dans le texte grec fait référence au sang de chaque parent dans le cadre de la procréation[2]MICHAELS, J. R.. The Gospel of John. Grand Rapids, MI ; Cambridge, UK : William B. Eerdmans Publishing Company, 2010, p. 72. ». Enfin, D. A. Carson poursuit : « Les origines ou la race, même juive, n’ont pas de lien avec la naissance spirituelle[3]CARSON, D. A.. The Gospel according to John. Leicester, England ; Grand Rapids, MI : Inter-Varsity Press; W.B. Eerdmans, 1991, p. 126. ». Cette position ressort avec évidence dans Jean 8.

« ni de la volonté de la chair »

Dans Jean, le terme « chair » (« sarx » en grec) désigne souvent une personne (cf. Jn 3:6 ; Jn 8:15 ; Jn 17:2). Par conséquent, cette expression « signifie naître à cause du désir des parents humains comme l’indique la NIV[4]KRUSE, C. G.. John: an introduction and commentary. Downers Grove, IL : InterVarsity Press, 2003, vol. 4, p. 68. ». D. A. Carson [5]CARSON, D. A.. The Gospel according to John. Leicester, England; Grand Rapids, MI : Inter-Varsity Press; W. B. Eerdmans, 1991, p. 126., Leon Morris[6]MORRIS, L.. The Gospel according to John. Grand Rapids, MI : Wm. B. Eerdmans Publishing Co., 1995, p. 89. et George Beasley-Murray[7]BEASLEY-MURRAY, G. R.. John. Dallas : Word, Incorporated, 2002, vol. 36, p. 13. considèrent cette partie du passage comme une référence au « désir sexuel ».

« ni de la volonté de l’homme »

Cela pourrait également être traduit par « la volonté du mari » (NIV). De nombreux commentateurs restituent ce passage de cette manière[8]KRUSE, C. G.. John: an introduction and commentary. Downers Grove, IL : InterVarsity Press, 2003, vol. 4, p. 68. CARSON, D. A.. The Gospel according to John. Leicester, England; Grand Rapids, MI : Inter-Varsity Press; W. B. Eerdmans, 1991, p. 126. MICHAELS, J. R.. The Gospel of John. Grand Rapids, MI; Cambridge, UK : William B. Eerdmans Publishing Company, 2010, p. 72.. Morris, lui, laisse ouverte la possibilité que ce passage se réfère à « toute volonté humaine quelle qu’elle soit[9]MORRIS, L.. The Gospel according to John. Grand Rapids, MI : Wm. B. Eerdmans Publishing Co., 1995, p. 90. ». Dans le monde dans lequel Jean vivait au premier siècle, on considérait que le mari prenait l’initiative et était responsable de la procréation[10]CARSON, D. A.. The Gospel according to John. Leicester, England; Grand Rapids, MI : Inter-Varsity Press; W. B. Eerdmans, 1991, p. 126. MICHAELS, J. R.. The Gospel of John. Grand Rapids, MI; Cambridge, UK : William B. Eerdmans Publishing Company, 2010, p. 72. BEASLEY-MURRAY, G. R.. John. Dallas : Word, Incorporated, 2002, vol. 36, p. 13.. Jean écrit en s’opposant à cette conception : la naissance spirituelle n’est pas issue de la décision d’un des parents, elle est au contraire issue de la décision individuelle de la personne.

Conclusion

Ramsey Michaels résume cela de la manière suivante : « Les trois expressions négatives font ressortir un point très simple : être « né de Dieu » n’est pas à considérer littéralement comme une naissance physique. Il s’agit d’une expression métaphorique évoquant la transformation d’une vie[11]MICHAELS, J. R.. The Gospel of John. Grand Rapids, MI ; Cambridge, UK : William B. Eerdmans Publishing Company, 2010, p. 73. ». Dans la même ligne, Leon Morris écrit : « L’accumulation de ces expressions doit être comprise à la lumière de l’orgueil issu de l’héritage juif. Les juifs considéraient que du fait de leurs « Pères », c’est-à-dire de leurs ancêtres, Dieu leur était favorable. Jean écarte catégoriquement cette idée. Rien qui se rapporte à l’humanité, aussi grand ou excellent que cela soit, ne peut provoquer la naissance dont Jean fait mention[12]MORRIS, L.. The Gospel according to John. Grand Rapids, MI : Wm. B. Eerdmans Publishing Co., 1995, p. 90. ».

[NDLR : Daniel Whedon complète cette conclusion ainsi : « Bien que la volonté de l’homme soit une condition préalable à la régénération par Dieu, la volonté de l’homme ne régénère ni l’homme lui-même ni une personne tierce. L’auto-régénération est une impossibilité de fait et une pensée absurde. L’homme consent, et Dieu régénère. L’homme se repent, et Dieu pardonne. L’homme se tourne, et Dieu convertit. L’homme croit, et Dieu justifie. Mais avant chacune de ces étapes, le Logos divin ÉCLAIRE l’homme (Jean 1:9), tant par Sa vérité et Sa puissance que par Son Saint-Esprit envoyé dans les cœurs[13]WHEDON, Daniel. Commentary on the New Testament, Intended for Popular Use: Luke-John. New-York, NY : Phillips & Hunt, 1866, p. 232.. »]


Article original : ROCHFORD, James M.. (Jn. 1:13) Does this passage support Calvinism?. In : Evidence Unseen [en ligne]. [consulté le 2020-07-22]. Disponible à l’adresse : http://www.evidenceunseen.com/bible-difficulties-2/nt-difficulties/john-acts/jn-113-does-this-passage-support-calvinism/

Source des citations bibliques, sauf indication contraire : La Sainte Bible : nouvelle édition de Genève 1979. Genève : Société Biblique de Genève, 1979.

Références

Références
1KRUSE, C. G.. John: an introduction and commentary. Downers Grove, IL : InterVarsity Press, 2003, vol. 4, p. 68.
2MICHAELS, J. R.. The Gospel of John. Grand Rapids, MI ; Cambridge, UK : William B. Eerdmans Publishing Company, 2010, p. 72.
3CARSON, D. A.. The Gospel according to John. Leicester, England ; Grand Rapids, MI : Inter-Varsity Press; W.B. Eerdmans, 1991, p. 126.
4KRUSE, C. G.. John: an introduction and commentary. Downers Grove, IL : InterVarsity Press, 2003, vol. 4, p. 68.
5CARSON, D. A.. The Gospel according to John. Leicester, England; Grand Rapids, MI : Inter-Varsity Press; W. B. Eerdmans, 1991, p. 126.
6MORRIS, L.. The Gospel according to John. Grand Rapids, MI : Wm. B. Eerdmans Publishing Co., 1995, p. 89.
7BEASLEY-MURRAY, G. R.. John. Dallas : Word, Incorporated, 2002, vol. 36, p. 13.
8KRUSE, C. G.. John: an introduction and commentary. Downers Grove, IL : InterVarsity Press, 2003, vol. 4, p. 68. CARSON, D. A.. The Gospel according to John. Leicester, England; Grand Rapids, MI : Inter-Varsity Press; W. B. Eerdmans, 1991, p. 126. MICHAELS, J. R.. The Gospel of John. Grand Rapids, MI; Cambridge, UK : William B. Eerdmans Publishing Company, 2010, p. 72.
9MORRIS, L.. The Gospel according to John. Grand Rapids, MI : Wm. B. Eerdmans Publishing Co., 1995, p. 90.
10CARSON, D. A.. The Gospel according to John. Leicester, England; Grand Rapids, MI : Inter-Varsity Press; W. B. Eerdmans, 1991, p. 126. MICHAELS, J. R.. The Gospel of John. Grand Rapids, MI; Cambridge, UK : William B. Eerdmans Publishing Company, 2010, p. 72. BEASLEY-MURRAY, G. R.. John. Dallas : Word, Incorporated, 2002, vol. 36, p. 13.
11MICHAELS, J. R.. The Gospel of John. Grand Rapids, MI ; Cambridge, UK : William B. Eerdmans Publishing Company, 2010, p. 73.
12MORRIS, L.. The Gospel according to John. Grand Rapids, MI : Wm. B. Eerdmans Publishing Co., 1995, p. 90.
13WHEDON, Daniel. Commentary on the New Testament, Intended for Popular Use: Luke-John. New-York, NY : Phillips & Hunt, 1866, p. 232.
Abonnez-vousRecevez nos publications régulières par email

Suivez-nous également sur notre page facebook
retour en haut du site