L’arminianisme et la providence de Dieu

Main de Dieu

L’une des questions que l’on me pose le plus souvent concerne la perception de la providence de Dieu au sein de la théologie arminienne. La plupart savent que les arminiens ne croient pas que Dieu gère l’histoire ou les vies humaines de manière micromécanique, surtout en ce qui concerne le mal. En d’autres termes, les arminiens ne croient pas que Dieu conçoit, prédestine ou rend certains les actes pécheurs. Le péché et le mal sont inscrits dans la volonté conséquente de Dieu, et non dans la volonté antécédente de Dieu. Dieu les gouverne, mais ne les conçoit pas, ne les ordonne pas et ne les rend pas certains. C’est dans les mots suivants que j’ai exprimé ma propre vision de la providence de Dieu : « Dieu est en charge mais pas au contrôle ». Certains arminiens s’opposent à cette vision ou manière de l’exprimer. Je ne vais pas répéter ici mon apologie concernant cette affirmation. Mon seul souci dans cet article est d’expliquer que le fait d’être arminien n’implique pas de croire que Dieu n’interfère jamais dans notre liberté.

La seule catégorie de décisions et d’actions pour laquelle Dieu n’interfère jamais dans la liberté humaine, bien entendu dans le sens de rendre certain, est le péché et le mal. Bien que Dieu permette ces décisions et actions, Il ne les conçoit pas, ne les ordonne pas et ne les rend pas certaines. Même dans ce contexte précis, je tiens à faire une précision. Je considère surtout que Dieu ne conçoit, ne prévoit, ni ne rend certaines les décisions ou les actions mauvaises et pécheresses de ses créatures qui causeraient leur condamnation.

Cependant, ma principale préoccupation, dans cet article, est d’exprimer que Dieu interfère dans notre liberté afin de nous guider et diriger nos pas. Il n’est pas l’auteur de nos péchés ou de nos fautes, mais il dirige nos vies d’une manière à ouvrir ou fermer des portes.

Ce que je veux particulièrement affirmer, c’est que le Dieu des arminiens n’est pas le « Dieu déiste » qui est un simple observateur non impliqué dans le monde présent. Dieu est intimement impliqué dans les détails de nos vies dans la mesure où nous le lui permettons. Si nous l’excluons de nos vies et lui disons de nous laisser tranquille, il dira, à contrecœur, « D’accord, que ta volonté, et non la mienne, soit faite ». Cela bien sûr en conformité avec sa volonté conséquente et non sa volonté antécédente.

C’est ainsi que je conçois la providence de Dieu dans ma vie lorsque je chante, par exemple, un chant affirmant que Dieu « trace mon chemin, sachant ce qui est bon et le mieux pour moi ». Je ne pense jamais que ces paroles signifient que Dieu conçoit, prédestine ou rend certains mes péchés ou mes échecs. Je considère qu’elles signifient que Dieu a un plan pour ma vie et que, dans la mesure où je m’abandonne à sa volonté, tout ce qui m’arrive est « bon et mieux pour moi ».

De même, Dieu ne conçoit pas, ne prédestine pas et ne rend pas certains les péchés des autres qui ont un impact sur ma vie. Quand bien même leurs péchés affectent ma vie d’une manière positive. Cependant, je n’ai aucun problème à croire qu’il prévoit leurs intentions pécheresses et me permet d’être sur le chemin de leurs conséquences dans la mesure où cela est « bon et mieux pour moi ».

Je ne pense pas que Dieu se soucie prioritairement de mon petit confort personnel. Ma vie est ce que le philosophe-théologien John Hick a appelé la « vallée du façonnage de l’âme », un espace où Dieu peut me tester, me renforcer, me préparer, m’utiliser. Une grande partie des souffrances que je vis peuvent très bien être sa volonté. Je n’attends pas de Dieu qu’il soit « complaisant » envers moi ou qu’il me préserve de tout mal, bien que je croie qu’il est toujours bon de prier pour qu’il préserve ma vie et m’aide dans les moments d’épreuve.

Il est important corriger cette pensée erronée affirmant que Dieu, selon l’arminianisme, doit être considéré comme lointain, distant et non impliqué dans sa création. J’espère que cet article aura pu contribuer à cela.


Article original : OLSON, Roger E.. Arminianism and Providence. In : Roger E. Olson: My Evangelical, Arminian Theological Musings [en ligne]. Patheos, 2014-03-01 [consulté le 2020-06-20]. Disponible à l’adresse : https://www.patheos.com/blogs/rogereolson/2014/03/arminianism-and-providence/

Abonnez-vousRecevez nos publications régulières par email

Suivez-nous également sur notre page facebook
retour en haut du site