Qui Dieu veut-Il sauver selon la Bible ? (1 Timothée 2:4)

Foule humains

Introduction

L'apôtre Paul déclare :

« [Dieu] veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité ». (1 Timothée 2:4)

De nombreux arminiens considèrent que ce verset fournit un fort soutien biblique à la croyance que Dieu veut que tous croient et soient sauvés. Conscients des difficultés que cela poserait aux doctrines de l'élection inconditionnelle et de l'expiation limitée, les calvinistes soutiennent que les arminiens comprennent mal ce passage. Ils affirment que le contexte incite à y voir l'expression du désir de Dieu que le salut ne soit pas limité aux seuls Juifs. Cette étude évalue et critique cet axe d'interprétation sous ses divers aspects, en soutenant que celui-ci est peu convaincant et peu plausible.

Pour soutenir leur position, les calvinistes avancent généralement que « tous les hommes » veut dire « tout type d'hommes ». Pour défendre cette thèse, ils avancent généralement deux stratégies distinctes mais compatibles entre elles. La première fait appel à 1 Timothée 2:1-2 et la seconde à 1 Timothée 2:7. Comme nous le verrons, si l'argument issu de 1 Timothée 2:1-2 échoue, nécessairement, l'argument issu de 2:7 échoue également. Bien que de nombreux défenseurs notables du calvinisme aient employé ces deux stratégies, j'ai choisi James White et Thomas Schreiner comme représentants de cette argumentaire.

Interprétation calviniste : « tous » signifierait « tout type »

La première stratégie que de nombreux calvinistes utilisent pour critiquer la lecture arminienne de 1 Timothée 2:4 est fondée sur les versets 2:1-2. Ce passage dit : « J’encourage donc avant tout à faire des demandes, des prières, des supplications, des prières de reconnaissance pour tous les hommes, pour les rois et pour tous ceux qui exercent l’autorité » (S21). A partir de ces versets, James White soutient que Paul veut simplement dire que Dieu désire que tout type d'hommes soit sauvé. Il écrit,

La première apparition de l'expression « tous les hommes » se trouve à la fin du verset 1. (...) La phrase suivante explique le sens que Paul donne à cette expression : « pour les rois et pour tous ceux qui exercent l’autorité » (...) Qui sont les rois et tous ceux qui exercent l'autorité ? Ce sont des types de personnes, des catégories de personnes[1]WHITE, James R.. The Potter’s Freedom. Amityville, NY : Calvary Press Publishing, 2000, p. 140..

Partant du fait que Paul mentionne les rois et ceux qui exercent l'autorité, White conclut que 1 Timothée 2:4 exprime simplement le désir de Dieu de sauver toutes sortes d'hommes (Ap 7:9).

La première erreur de White est qu'il suppose que l'expression « les rois et tous ceux qui exercent l'autorité » est synonyme ou constitue une autre façon de dire « tous les hommes ». Mais sur quoi repose cette supposition ? Les rois sont un sous-ensemble de la catégorie plus large des détenteurs de l'autorité. Et ceux qui exercent l'autorité représentent une petite partie de l'humanité. Ainsi, il ne semble pas probable que « tous ceux qui exercent l'autorité » soit une façon pour Paul de désigner tout type d'homme. Ceux qui détiennent l'autorité ne représentent pas tous types d'hommes. En effet, cette classe très étroite de personnes représente exactement le contraire de tout type d'homme. Il semble plus probable que Paul veuille dire que personne ne doit être exclu de nos prières, y compris les rois et ceux qui sont en position d'autorité. Comme l'observe Stanley Outlaw,

« Tous les hommes » doit être compris comme signifiant « sans exception ». Il s'agit manifestement du même « tous les hommes » dont il est question en 2:1, et qui signifie qu'il convient de faire diverses actions de prière pour tous. C'est-à-dire que personne dans le monde ne devrait être exclu, par principe, des prières des croyants, car c'est la volonté manifeste de Dieu que tous les hommes soient sauvés[2]OUTLAW, W. Stanley, PICIRILLI, Robert E. [ed.]. The Randall House Bible Commentary: 1 Thessalonians Through Philemon. Nashville, TN: Randall House, 1990, p. 202..

La raison pour laquelle Paul ressent le besoin de mentionner les rois et ceux qui exercent l'autorité provient du fait que les chrétiens du premier siècle étaient persécutés par ces derniers. De ce fait, il était probable que les chrétiens négligent d'offrir des prières pour leurs persécuteurs. Après tout, les autorités essayaient de les tuer. Curieusement, White reconnaît que c'est la raison pour laquelle Paul mentionne les personnes en position d'autorité. Pourtant, il ne semble pas être conscient que cela sape sa tentative d'utiliser cette phrase pour soutenir son point de vue selon lequel « tous les hommes » en 2:1 (et par extension en 2:4) signifie « tout type d'hommes ». Si la raison pour laquelle Paul mentionne les détenteurs de l'autorité est de souligner que même nos pires ennemis ne doivent pas être exclus de nos prières, alors 1) cela signifie que cette expression n'est pas une autre manière de dire « tous les hommes » et 2) cela renforce notre confiance dans le fait que « tous les hommes » signifie réellement chaque individu en 2:1 et en 2:4. En effet, comme le relève Stephen Hitchcock,

L'expression « tous ceux qui exercent l'autorité » signifie tous ceux qui appartiennent à un genre ou à un type particulier de personnes, ce qui montre que l'utilisation par Paul de « tous » est exhaustive et concerne chaque personne de chaque type[3]HITCHCOCK, Steven L.. Recanting Calvinism. [s. l.] : Xulon Press, 2011, p. 370..

Paul utilise-t-il souvent le mot « tous » pour dire « tout type » ?

White tente d'étayer son argumentation en citant plusieurs références où Paul aurait utilisé « tous » pour dire « tout type ». Il cite Tite 2:11, 3:2, Actes 21:28, 22:15, Colossiens 3:11, et Galates 3:28. Notons d'abord que même si White avait raison concernant ces autres passages, il ne s'ensuivrait pas que « tous les hommes » dans 1 Timothée 2:4 signifie tout type de personnes. En effet, c'est le contexte propre à 1 Timothée qui doit déterminer cela. Nous verrons d'autre part que White a une interprétation plausiblement erronée pour la plupart des autres textes qu'il cite.

Tite 2:11 dit : « Car la grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes, a été manifestée ». La raison pour laquelle White considère que « tous les hommes » signifie ici « tout type » est que Paul fait clairement référence à tout type de personnes dans Tite 2:2-10. Bien que cela soit certainement vrai, White ne prend pas en considération le fait que le verset 11 commence par le mot « car ». Cela signifie que le verset 11 donne la raison des instructions données dans les versets précédents. Dans les versets 2:1-10, Paul donne comme instruction à Tite d'enseigner à chaque type de personnes dans l'assemblée le comportement lui étant approprié. Le verset 11 explique pourquoi cet enseignement est nécessaire. Les membres de l'église doivent adopter un comportement approprié parce que la grâce de Dieu apportant le salut est pour tous les hommes. Rien dans le contexte ne permet à White de pouvoir affirmer que, parce qu'il existe un comportement approprié pour chaque type de personnes, la grâce de Dieu se manifeste également à tout type de personne plutôt qu'à toute personne. C'est complètement arbitraire. Il n'y a aucune raison de supposer que Tite 2:11 fait référence à « tout type d'homme » plutôt qu'à « tous les hommes ».

Il en va de même pour Tite 3:2 où Paul exhorte Tite à être plein de douceur et de respect envers tous les hommes. Paul ne veut certainement pas dire que Tite doit simplement montrer du respect à certaines personnes parmi toutes les catégories de personnes. Il veut plutôt dire que tous ceux avec qui Tite interagit doivent être traités avec dignité et respect. Personne ne doit être exclu d'une telle attitude.

Actes 21:28 reprend une accusation que les Juifs ont portée contre Paul lorsqu'ils l'ont appréhendé dans le temple. Ils disent que Paul « prêche partout et à tout le monde contre le peuple, contre la loi et contre ce lieu ». Il est certain que l'expression ne signifie pas littéralement que Paul prêche à tous les individus sur la terre. Les Juifs employaient un procédé rhétorique connu sous le nom d'amplification dans le but d'incriminer Paul. Nombreux sont ceux qui utilisent ce type de procédé. Néanmoins la déclaration théologique de Paul dans 1 Timothée 2:4 ne semble pas se trouver dans ce registre.

Actes 22:15 apparaît au milieu du récit du témoignage de Paul. Il dit qu'il lui a été révélé que Dieu l'avait choisi pour être un « témoin, auprès de tous les hommes ». L'interprétation de White selon laquelle cela signifie tout type d'hommes est tout à fait possible dans ce passage. Cependant, il est également possible que Paul ait compris cela de manière plus littérale, comme si son témoignage atteindrait, par la suite, tous les hommes. C'est ce qu'il semble indiquer dans Romains 1:8-9, Colossiens 1:6, 1:23, et 1 Thessaloniciens 1:8. Néanmoins, quelle que soit l'intention de Paul, cet exemple démontre que c'est le contexte, plutôt que d'autres références éparpillées, qui doit déterminer le sens de « tous les hommes » dans 1 Timothée 2:4.

Colossiens 3:11 dit « Il n’y a ici ni Grec ni Juif, ni circoncis ni incirconcis, ni barbare ni Scythe, ni esclave ni libre; mais Christ est tout et en tous ». De même, Galates 3:28 dit « Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme; car tous vous êtes un en Jésus-Christ ». Dans les deux cas, les déclarations sont clairement délimitées aux croyants. Mais ces textes ont peu d'influence sur la façon dont il faut interpréter 1 Timothée 2:4 qui, pour sa part, inclut sans équivoque les non-croyants.

Je conclus que de tous les versets de soutien qu'avance White, seul Actes 22:15 peut soutenir la thèse que « tous les hommes » pourrait signifier « tout type d'homme ». A noter, qu'aucun arminien ne nie que « tous » peut avoir un sens restreint lorsque le contexte le permet. Actes 22:15, cependant, est très éloigné de 1 Timothée 2:4. White n'a pas réussi à démontrer qu'un élément dans le contexte de 1 Timothée 2 puisse légitimement permettre d'interpréter « tous » comme « tout type » dans 2:4. Il convient de noter que Paul utilise également le terme « tous » dans un sens très universel à de nombreuses reprises (Rm 1:18, 2:12, 3:9, 3:12, 3:23, 5:12 ; Ga 3:8, 3:22, 6:10 ; Ph 2:21, 4:5 ; Col 1:15-17, 2:13, 1Th 2:15, 3:12, 5:15 ; Tite 3:2). Dans ces conditions, il ne semble pas que l'appel de White à quelques textes où « tous » pourrait signifier « tout type » puisse démontrer autre chose que le fait que cela pourrait être une interprétation possible de 1 Timothée 2:1 et 2:4. Cependant, son seul argument contextuel concernant ce passage a été démontré comme non pertinent. Par conséquent, il ne nous a donné aucune raison de penser que 1 Timothée 2:4 devrait être lu comme signifiant que Dieu veut seulement que certains parmi tous les types de personnes soient sauvés.

Interprétation calviniste : « tous » signifierait « Juifs et païens »

L'autre stratégie employée par les calvinistes pour contourner ce texte consiste à se référer au fait que les gentils sont mentionnés dans 1 Timothée 2:7. Thomas Schreiner explique,

Est-ce que « tout le monde » fait référence à toute personne sans exception ou à toute personne sans distinction ? Les réformés ont traditionnellement défendu la seconde option. [...] L'interprétation des personnes sans distinction est soutenue par le verset 7, où Paul met l'accent sur son apostolat et son ministère auprès des Gentils[4]SCHREINER, Thomas R.. Problematic Texts for Definite Atonement in the Pastoral and General Epistles. In : GIBSON, David [ed.], GIBSON, Jonathan [ed.]. From Heaven He Came and Sought Her. Wheaton, IL : Crossway, 2013, p. 376-377..

Schreiner est un érudit consciencieux et j'hésite à l'accuser d'avoir commis une grossière erreur. Néanmoins, il est difficile de voir comment le simple fait que Paul mentionne qu'il était un apôtre des Gentils soutient la lecture de Schreiner. Je pense qu'il faudrait bien davantage d'éléments que ce seul fait pour pouvoir soutenir cette position.

Bien entendu, il est vrai qu'il était difficile pour de nombreux Juifs de cette époque d'accepter le fait que le salut était disponible pour les Gentils. C'est pourquoi les auteurs du Nouveau Testament ont souvent dû renforcer cette réalité auprès de leur lectorat juif. Mais est-ce bien ce qui se passe dans 1 Timothée 2:4 ? Tout bien considéré, cela ne semble pas probable. Rien ne prouve que Paul insiste ici sur le fait que l'Évangile était destiné à la fois aux Juifs et aux Gentils. Paul n'écrivait pas 1 Timothée aux Juifs. De même, Timothée était un apôtre qui s'adressait principalement aux païens et il était parfaitement conscient que l'Évangile leur était destiné. Il n'y a donc aucune raison de supposer que dans cette épître, Paul tenait à rappeler que le salut est destiné à la fois aux juifs et aux gentils.

En outre, et comme l'a montré notre examen de 1 Timothée 2:1-2, Paul rappelle à Timothée que les personnes exerçant l'autorité doivent être incluses dans ses prières. Mais il s'agit d'individus particuliers, et non de catégories de personnes. Il semble donc que Paul ait en tête des individus comme sujets de prière (2:1), la volonté salvatrice de Dieu (2:4) et l'expiation du Christ (2:6). Arminius lui-même a souligné ce point il y a des siècles dans son débat avec William Perkins :

Si ce passage doit être compris comme se référant à des catégories, alors l'apôtre n'aurait pas dit « pour tous ceux qui exercent l'autorité », mais « pour certains, au moins, qui occupent des positions éminentes », mais il dit ouvertement « qu'il faut prier pour chaque individu dans cette position »[5]ARMINIUS, James. The Works of James Arminius: Volume Three. Lamp Post, Inc., 2015, p. 343.

Le fait que Paul rappelle spécifiquement à Timothée que les rois et les personnes exerçant l'autorité doivent être des objets spécifiques de ses prières contredit l'idée qu'il veuille simplement dire que Dieu veut que les juifs et les gentils soient sauvés. La référence à ces individus soutient fortement la lecture arminienne selon laquelle « tous les hommes » fait référence à chaque individu sans exception.

Peut-on savoir pour qui prier ?

Les interprétations de White et de Schreiner se heurtent toutes deux à une autre difficulté. Tous deux sont d'accord avec les arminiens pour dire que les « tous les hommes » en 2:1 sont les mêmes que « tous les hommes » en 2:4. Remarquez qu'en 2:1, Paul exhorte Timothée à prier pour ces personnes. Or, si Dieu veut que seuls quelques-uns parmi tout type de personnes soient sauvés en 2:4, cela signifierait que les prières ne doivent être offertes qu'en faveur de ces mêmes personnes en 2:1. Cela pose un problème : Les calvinistes rappellent souvent à ceux qui leur reprochent de s'engager dans l'évangélisation, qu'ils ne savent pas qui sont les élus. Mais s'ils ne savent pas qui sont les élus, alors comment peuvent-ils prier pour eux comme le commande Paul ? C. Gordon Olson exprime bien ce point.

Son exhortation à prier pour « tous les hommes » (huper pantōn anthropōn) ne peut pas être réduite à tous sans distinction, mais doit impliquer tous sans exception. Aucune restriction concernant les « élus » n'est possible ici puisque la plupart des calvinistes admettent que nous ne savons pas qui sont les « élus »[6]OLSON, C. Gordon. Beyond Calvinism and Arminianism. Cedar Knolls, NJ : Global Gospel Publishers, 2002, p. 142.

Peut-être le calviniste répondra  en disant que les prières doivent être offertes de manière générale pour le salut des élus. Mais là encore, on se heurte au problème de Paul qui spécifie une partie précise de « tous les hommes » que sont les rois et les personnes en position d'autorité (voir discussion ci-dessus). Paul enseigne très certainement que des individus particuliers doivent être les objets de prière. Comme le note I. Howard Marshall,

La difficulté réside dans le fait que l'on ne sait pas si des individus particuliers font partie des élus ou non. On peut supposer que l'on prie simplement pour que la volonté de Dieu de sauver ceux qui sont élus dans n'importe quel groupe social soit accomplie. Mais en fait, ce n'est pas ce que le pasteur demande à ses lecteurs de faire. Il ordonne de prier pour « tout type de personnes » (selon cette interprétation), et non de prier pour que la volonté de Dieu concernant ses élus [...] s'accomplisse. L'interprétation de l'expiation limitée doit donc recourir à ce qui ressemble une distorsion du texte[7]MARSHALL, I. Howard. Universal Grace and Atonement in the Pastoral Epistles. In : PINNOCK, Clark H. [ed.]. The Grace of God, the Will of Man. Grand Rapids, MI : Academie Books, Zondervan, 1989, p. 62-63..

Réponse aux objections

Les accusations selon lesquelles la lecture arminienne entraîne des conséquences absurdes ne manquent pas. On prétend que le fait de prier littéralement pour tous les hommes entraînerait des prières pour les morts ou d'autres activités absurdes. James White affirme que « Paul ne donne pas pour instruction à Timothée d'organiser des réunions de prière sans fin où l'annuaire téléphonique d'Éphèse serait ouvert et où chaque personne qui y figure deviendrait l'objet de prières[8]WHITE, James R.. The Potter's Freedom. Amityville, NY : Calvary Press Publishing, 2000, p. 140. ».

White a raison de dire que Paul ne suggère pas que l'on doive prier pour chaque individu de la planète. Mais Paul ne suggère pas non plus que Timothée doive prier uniquement pour les élus parmi tout type d'hommes, comme le suggère l'interprétation de White. Comme nous l'avons fait remarquer, dans le cadre de l'interprétation de White, Timothée ne pourrait pas savoir qui sont ces individus.

Le commandement de Paul de prier pour tous les hommes est similaire au commandement de Jésus de prêcher l'évangile à tous les hommes (Mc 16:15 ; Mt 28:19). Jésus n'a pas voulu dire que nous, en tant qu'individus, devions littéralement prêcher à chaque personne. Il voulait plutôt dire que les chrétiens, considérés collectivement, doivent en définitive atteindre chaque individu. Le même sens s'applique à l'exhortation à prier pour tous les hommes dans 1 Timothée 2:1. Personne ne doit être délibérément exclu des prières d'un chrétien. Si l'on se souvient encore que Paul rappelle en 2:2 que les rois et les personnes en position d'autorité ne doivent pas être exclus de nos prières, l'interprétation que j'ai proposée se trouve renforcée. L'arminien peut lire ce passage de manière cohérente. Dieu ne veut pas que quelqu'un soit exclu de nos prières parce que personne n'est exclu du désir salvateur de Dieu. En revanche, le calviniste peut soutenir que « tous les hommes » signifie « tout type d'hommes » uniquement en rendant l'exhortation de Paul à prier pour ces mêmes hommes absurde.

Conclusion

Nous avons examiné assez longuement les deux principales méthodes d'interprétation calvinistes de 1 Timothée 2:4 et nous les avons trouvées déficientes. Le fait que Paul mentionne les personnes exerçant l'autorité (2:1-2) semble confirmer la lecture arminienne de ce verset. De plus, le fait que les rois et ceux qui exercent l'autorité sont des individus et non des nations semble réduire la possibilité de faire appel à 2:7 pour tenter de lire « tous les hommes » dans 2:4 comme référence aux « juifs et aux gentils ». La seule lecture de ce verset qui rende justice au contexte général est que Dieu veut que tous les hommes sans exception soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité.


Article original : PALLMAN, David. Who Does God Want to be Saved?. In : Cerebral Faith [en ligne]. 2021-11-05 [consulté le 2022-01-20]. Disponible à l’adresse : https://cerebralfaith.net/who-does-god-want-to-be-saved/

Références

Références
1WHITE, James R.. The Potter’s Freedom. Amityville, NY : Calvary Press Publishing, 2000, p. 140.
2OUTLAW, W. Stanley, PICIRILLI, Robert E. [ed.]. The Randall House Bible Commentary: 1 Thessalonians Through Philemon. Nashville, TN: Randall House, 1990, p. 202.
3HITCHCOCK, Steven L.. Recanting Calvinism. [s. l.] : Xulon Press, 2011, p. 370.
4SCHREINER, Thomas R.. Problematic Texts for Definite Atonement in the Pastoral and General Epistles. In : GIBSON, David [ed.], GIBSON, Jonathan [ed.]. From Heaven He Came and Sought Her. Wheaton, IL : Crossway, 2013, p. 376-377.
5ARMINIUS, James. The Works of James Arminius: Volume Three. Lamp Post, Inc., 2015, p. 343
6OLSON, C. Gordon. Beyond Calvinism and Arminianism. Cedar Knolls, NJ : Global Gospel Publishers, 2002, p. 142.
7MARSHALL, I. Howard. Universal Grace and Atonement in the Pastoral Epistles. In : PINNOCK, Clark H. [ed.]. The Grace of God, the Will of Man. Grand Rapids, MI : Academie Books, Zondervan, 1989, p. 62-63.
8WHITE, James R.. The Potter's Freedom. Amityville, NY : Calvary Press Publishing, 2000, p. 140.
retour en haut du site