Éditorial : Republication d'ouvrages et études théologiques

Dans cette éditorial, nous vous présentons les études théologiques approfondies et autres ouvrages republiés par notre site jusqu'à ce jour. Vous retrouverez ces titres dans la section Ressources de notre site.

1. EPISCOPIUS, Simon. Confession de foi des remontrants (1621) (réédité par nos soins en français modernisé)

Il s'agit de la première confession de foi arminienne. Son but était de fédérer les arminiens et de montrer à toute l'Europe que l'arminianisme était orthodoxe et modéré contrairement à ce que pouvait laisser penser sa condamnation par les réformés lors du Synode de Dordrecht. Elle veut aussi rendre impossible tout amalgame avec d'autres thèses condamnées à cette même occasion, telles le socinianisme.  Cette confession se distingue par une intéressante introduction sur les bons et mauvais usages d'une confession de foi. Cette confession pourrait probablement servir de base à une dénomination protestante d'orientation arminienne actuelle, car en effet elle se concentre uniquement sur des points essentiels à la foi chrétienne.

2. WESLEY, John. La prédestination considérée calmement (1752) (traduit par nos soins)

Cet ouvrage, rédigé et publié par Wesley lui-même, expose son argumentation contre l'interprétation calviniste de la prédestination. Pour Wesley, une théologie du salut cohérente doit refléter fidèlement le caractère de Dieu tel qu'il est révélé dans la Bible. À cet égard, Wesley a adopté une compréhension arminienne de la prédestination. Celle-ci stipule que bien que Dieu sache à l’avance qui allait librement le rejeter, Dieu a créé notre monde pour le bien de ceux qui ne le rejetteraient pas. La vision calviniste, quant à elle, enseigne que Dieu a créé un monde en prédéterminant quels hommes allaient le rejeter. A noter que rien dans cette vision n'aurait empêché Dieu de prédéterminer tout le monde au paradis1En dehors du fait qu'il n'aurait pas été soi-disant maximalement glorifié ad extra autrement (MCCALL, Thomas. I Believe in Divine Sovereignty. Trinity Journal. 2008, vol. 29, n°2, p. 219-220. disponible à l'adresse : https://evangelicalarminians.org/wp-content/uploads/2013/03/McCall.-I-Believe-in-Divine-Sivereignty-Contra-Piper.pdf, MCCALL, Thomas. We Believe in God’s Sovereign Goodness: A Rejoinder to John Piper. Trinity Journal. 2008, vol. 29, n°2, p. 240. disponible à l'adresse : https://evangelicalarminians.org/wp-content/uploads/2013/03/McCall.-We-Believe-in-Gods-Sovereign-Goodness.pdf.

Ainsi, entre un Dieu qui créé un monde où il sait pertinemment qui va le rejeter librement, mais qui le créé pour le bien des autres, et un Dieu qui pourrait créer un monde où personne ne le rejette mais qui choisit délibérément de créer un monde où certains (une majorité) sont prédéterminés à le rejeter, il apparait une nette différence de caractère. Pour Wesley, si le caractère du premier Dieu peut paraître dur, le second paraît manifester du pur sadisme. Si dans le premier cas Dieu est souverain, aimant et juste, dans le second cas il apparaît comme exclusivement souverain, et dépourvu d'amour et de justice. Pourtant, dans le cadre de sa providence, Dieu n'est pas censé manquer d'équilibre dans la mise en œuvre de ses attributs éternels. C’est là l’objet d’une bonne partie de l’argumentaire de Wesley. Il ne s’agit probablement pas là de la meilleure critique du calvinisme qui puisse exister, car en effet quelques confusions mineures sont présentes dans le texte. Malgré tout, l'argumentation est de très bonne qualité, ce qui donne une valeur historique significative à ce texte.

3. COOK, Charles. L’Amour de Dieu pour tous les hommes, réponse à une brochure de M. le docteur Malan (1842) (mis en page par nos soins)

Le pasteur et missionnaire méthodiste Charles Cook, traduisit en français le sermon de Wesley n°128, De la libre grâce, qui consiste en une critique virulente de la doctrine de la prédestination par prédétermination calviniste. Le missionnaire calviniste César Malan, chercha à le réfuter par un écrit polémique intitulé : Le vrai salut, ou, la souveraine et sainte grâce de Dieu : réponse de la Bible au pélagianisme tant de l'Eglise romaine que de ceux des protestants qui nient la Prédestination de Dieu (1841). Cook lui répondit alors par cet ouvrage sous forme de dialogue2ROUX, Théophile. Matthieu Lelièvre: Biographie, choix d'articles. [s. l.] : Éditions ThéoTeX, 2019, p. 243-246. Extrait disponible à l'adresse : https://books.google.fr/books?id=gceWDwAAQBAJ&pg=PA243., qui peut être intéressant pour les amateurs du genre.

4. SAMOUELIAN, Samuel, DOULIERE, Richard F.. Jésus-Christ est-il mort sur la Croix pour tous? : simples entretiens sur la double prédestination (1990) (numérisé par nos soins)

Il s'agit d'une étude critique du calvinisme associée à une étude exégétique sur les versets controversés en ce qui concerne la portée de l'expiation. Lors de la réforme protestante, le calvinisme s'opposa aux excès dans lesquels le catholicisme était tombé d'une manière elle-même excessive. Plutôt que de s'en tenir à condamner notamment le salut par les œuvres, le calvinisme introduisit l'idée que Dieu détermine littéralement tout, y compris la décision d'accepter ou non le salut par la foi. Le destin humain est alors unilatéralement prédéterminé par Dieu : soit la damnation, soit le salut éternel. C'est là la double-prédestination. Ce livre montre qu'une telle doctrine pervertit la foi en Jésus-Christ pour le salut, qui se veut réellement accessible à tous.

5. MCKNIGHT, Scot. Les passages d’avertissement de l’épître aux Hébreux (1992) (traduit par nos soins)

Cet essai du théologien Scot McKnight est une étude exégétique formelle sur les passages d’avertissement de l’épître aux Hébreux. C'est probablement l'étude la plus poussée en langue française du point de vue arminien. Sa thèse est que l'apostasie d'un chrétien régénéré est possible mais qu'elle n'est pas irrémédiable tant que dure sa vie. L'auteur de l'épître aux Hébreux ne décrirait donc pas l'apostasie qui peut apparaître durant la vie, celle-ci étant remédiable. Il décrirait donc l'apostasie dépassant le temps de grâce alloué par Dieu à l'homme, qui elle, est irrémédiable.

6. BOUNDS, Christopher. T.. Comment une personne est-elle sauvée ? Parcours des principales vues sur le salut au regard des perspectives wesleyennes. (2011) (traduit par nos soins)

Cet article du théologien Christopher T. Bounds met en valeur le fait que la position wesleyenne-arminienne se tient centrée sur la position historique du semi-augustinisme. Il s'agit là de la position consensuelle de l’Église telle que confirmée par le second concile d'Orange (529 ap. J.-C.). Cette identification permet de mieux situer l’arminianisme dans le cadre théologique historique. Des détails intéressants sont donnés sur les positions intermédiaires qui sont apparues au fil de l'histoire. L'étude est très abordable car elle est remarquablement synthétique et arbore de précieux schémas explicatifs.

7. HERNANDEZ, Abner F.. La doctrine de la grâce prévenante dans la théologie de Jacobus Arminius [thèse - extraits] (2017) (traduit par nos soins)

Il s'agit d'une étude approfondie sur la grâce prévenante qui met en relief la plupart de ses caractéristiques. Cette étude aborde plusieurs points, dont un point significatif qui est assez peu abordé d'autre part : La grâce prévenante universelle comporte l'intention divine de sauver, alors que la grâce commune universelle (calviniste) ne la comporte pas. On comprend donc que la grâce prévenante est l’élément qui seul rend les hommes inexcusables. A contrario, la grâce commune ne peut aucunement expliquer la non-excusabilité universelle des hommes (Romains 1:20).

Références