Éditorial : Confrontés à l'anti-intellectualisme évangélique

paysage de montagne jpg

Dans cet éditorial nous ferons une brève rétrospective du projet d'information théologique lié à notre site Arminianisme évangélique. Ce site se veut être une réaction à des doctrines sur le salut présentes dans l'évangélisme, telles le semi-pélagianisme, la théologie de la libre grâce (qui professe la préservation inconditionnelle du croyant sans persévérance) et le calvinisme. Nous ferons ici une analyse des raisons probables qui ont causé la résurgence actuelle du calvinisme. Nous nous concentrerons particulièrement sur la notion d'anti-intellectualisme évangélique. Suite à cela, nous ferons un bilan de notre stratégie ainsi que des résultats obtenus.

Le constat de l'anti-intellectualisme évangélique

Selon Noll, l'évangélisme a vécu une crise anti-intellectuelle dès la fin du XIXe siècle :

« Le fondamentalisme, le pré-millénarisme dispensationnel, le mouvement de la vie supérieure et le pentecôtisme étaient toutes des stratégies évangéliques de survie en réponse aux crises religieuses de la fin du XIXe siècle. De différentes manières, chacune d'elles a contribué à préserver quelque chose d'essentiel de la foi chrétienne. Néanmoins, elles ont aussi causé un désastre pour la vie de la pensée1NOLL, Mark A. The Scandal of the Evangelical Mind. Grand Rapids, MI : Wm. B. Eerdmans Publishing, 2022, chap. 1.. »

Vondey explique ce constat ainsi :

« Du point historique et scientifique post-siècle des lumières, les pentecôtistes classiques (ainsi que le mouvement de la sainteté et les traditions fondamentalistes) ont été considérés comme un mouvement profondément anti-intellectuel. L’essor du pentecôtisme mondial a confirmé le stéréotype qui consiste au fait que les pentecôtistes, en tout lieu, ont un fort préjugé anti-théologique et anti-académique. […] Le pentecôtisme s’est affermi par les signes et miracles accompagnant l'effort de leurs adhérents, de sorte que l’enseignement formel ou les études académiques étaient considérés au mieux comme non-nécessaires ou, au pire, comme ralentissant l’œuvre des chrétiens en faveur du royaume des cieux. Cette œuvre se focalisait sur la louange et le témoignage plutôt que sur l’étude écrite, la recherche académique, l’érudition. […] Ces formes indirectes de résistance à l’effort intellectuel d’éducation sur le long terme, étaient associées à l’idée préconçue et négative que l’intellectualisation de la foi chrétienne consistait à résister à l’œuvre du Saint-Esprit, ou du moins à étouffer sa voix2VONDEY, Wolfgang. Pentecostalism: A Guide for the Perplexed. London : Bloomsbury, 2012, p. 134-135.. »

Certes, la motivation initiale et très légitime de groupes tels les pentecôtistes était d'écouter et d'obéir au Saint-Esprit. C'est probablement parce que ces groupes ont expérimenté la direction bien tangible du Saint-Esprit qu'ils ont cru pouvoir se dispenser de répondre à ses attentes en terme de réflexion théologique3BRODIE, Robert. The Anointing Or Theological Training? A Pentecostal Dilemma Conspectus. The Journal of the South African Theological Seminary, 2011, vol. 11, n°3, 2011, p. 54. Disponible à l’adresse : https://sats.ac.za/wp-content/uploads/2020/02/Brodie-The-Anointing-or-Theological-Training-A-Pentecostal-Dilemma.pdf. En tout état de cause, ils ont rejeté leur responsabilité de conceptualiser par eux-mêmes la théologie a un niveau d'approfondissement suffisant et de la transmettre pour la pérenniser4OLSON, Roger E.. What Is Pentecostalism? What Do Pentecostals Believe?. In : Roger E. Olson: My evangelical arminian theology musings [en ligne]. Patheos, 2016-10-29 [consulté le 2022-11-02]. Disponible à l’adresse : https://www.patheos.com/blogs/rogereolson/2016/10/what-is-pentecostalism-what-do-pentecostals-believe/.

A l'instar des pentecôtistes et d'autres mouvements fondamentalistes, c'est aujourd'hui une grande partie du mouvement évangélique qui se complait dans l'anti-intellectualisme, comme le déplore Noll :

« Malgré un succès dynamique au niveau populaire, les évangéliques américains modernes ont failli notablement à maintenir une vie intellectuelle sérieuse. Ils ont nourri des millions de croyants par les simples vérités de l'évangile, mais ont largement abandonné les universités, les arts ou tout autre royaume culturel plus élevé5NOLL, Mark A. The Scandal of the Evangelical Mind. Grand Rapids, MI : Wm. B. Eerdmans Publishing, 2022, chap. 1.. »

Les conséquences de l'anti-intellectualisme évangélique : une aversion pour l'enseignement approfondi

L'anti-intellectualisme que nous décrions ici n'est pas le rejet de la prééminence absolue de l'intellectualisme.

Il existe d'ailleurs toutes sortes d'excès liés à l'intellectualisme qui amènent des théologiens chrétiens à se livrer à des spéculations métaphysiques totalement vaines. La scolastique réformée est un exemple de courant théologique ayant suscité des spéculations mortifères pour la vie de l'Esprit. De manière générale, c'est surtout dans des mouvements chrétiens libéraux que ces théories apparaissent, telles la théologie du processus.

Un chrétien peut très bien valoriser la réflexion approfondie sans pour autant reconnaître sa prééminence absolue6GUINNESS, Os. Fit Bodies, Fat Minds: Why Evangelicals Don’t Think and What to Do about It. Grand Rapids, MI : Baker Books, 1994, p. 38.. L'anti-intellectualisme que nous décrions ici est cette attitude consistant à montrer de la méfiance vis-à-vis de la réflexion approfondie7Anti-intellectual. In : Merriam-Webster.com Dictionary [en ligne] Merriam-Webster, [consulté le 2022-11-02]. Disponible à l’adresse : https://www.merriam-webster.com/dictionary/anti-intellectual. « Anti-intellectuel : état d'opposition ou d'hostilité aux intellectuels ou à une vision ou une approche intellectuelle. ». Cette méfiance a été illustrée par exemple dans les prises de positions ouvertement anti-théologiques de certaines figures de l'évangélisme de la fin XIXe siècle :

«  Dwight L. Moody [1837-1899] a dit : "Ma théologie ? Je ne savais pas que j'en avais une." Sam P. Jones [1847–1906], le Moody du Sud, a dit : "Si j'avais un crédo, je le vendrais à un musée." Billy Sunday [1862-1935] se vantait en disant qu'il "n'en savait pas plus sur la théologie qu'un lièvre sur le ping-pong8GUINNESS, Os. Fit Bodies, Fat Minds: Why Evangelicals Don’t Think and What to Do about It. Grand Rapids, MI : Baker Books, 1994, p. 38.." »

Il semble que le propre de l'approche anti-intellectuelle évangélique consiste finalement à ignorer, consciemment ou non, certains « dons d'homme » que Dieu a fait à son Église en vue de son bon fonctionnement, à savoir les exégètes et les théologiens (i.e. les « docteurs » d'Eph. 4:11). Cela conduit inévitablement à se priver de la direction qui est attachée à leur réflexion inspirée, pour peu qu'elle soit soumise à un examen attentif. C'est ce que nous rappelle Peckham :

« L'isolationnisme et l'amnésie historique ne font que rendre plus vulnérable aux influences historiques non reconnues et aux présuppositions philosophiques. La théologie tant historique que contemporaine devrait donc être sérieusement engagée, sans rendre ni l'une ni l'autre déterminante. Toute tradition qui s'accorde avec les Écritures peut être affirmée, mais une telle affirmation nécessite une interprétation attentive des Écritures. Dans ce processus, il faut rester conscient du potentiel de mauvaise interprétation personnelle ou collective des Écritures, ce qui pourrait nécessiter le rejet de certaines traditions qui étaient auparavant acceptées9PECKHAM, John. Canonical Theology: The Biblical Canon, Sola Scriptura, and Theological Methods. Grand Rapids, MI : Wm. B. Eerdmans Publishing, 2016, p. 161.. »

L'approche individualiste ou « isolationiste » mène généralement en l'affirmation de « vérités » décontextualisées de tout cadre théologique ou exégétique qui seul permet une réflexion approfondie10BRODIE, Robert. The Anointing Or Theological Training? A Pentecostal Dilemma Conspectus. The Journal of the South African Theological Seminary, 2011, vol. 11, n°3, 2011, p. 60. Disponible à l’adresse : https://sats.ac.za/wp-content/uploads/2020/02/Brodie-The-Anointing-or-Theological-Training-A-Pentecostal-Dilemma.pdf « Toute tentative visant à substituer l’expérience personnelle à la doctrine biblique et à privilégier l’orthopraxie par rapport à l’orthodoxie doit être rejetée en faveur d’un juste équilibre entre les deux. Il n’existe pas de théorie pure, ni de pratique pure. La pratique ne peut exister sans théorie, et ceux qui n’en sont pas conscients se livrent à l’exercice de leur pratique sous la direction d’une théorie inconsciente, irréfléchie et non systématique. La théorie doit continuellement tester la pratique et les connaissances de la pratique doivent être utilisées pour modifier et améliorer la théorie. ». Malty fait le constat du fait que cette approche tombe systématiquement dans le littéralisme :

« [L]a croyance fondamentaliste dans le littéralisme est cette étape finale dans le processus de compréhension de ces vérités [bibliques] d'une manière qui contourne présumément les aléas de l'interprétation. Une des conséquences de l'engagement envers le littéralisme est qu'il perpétue l'anti-intellectualisme de longue date qui se trouve à la base du fondamentalisme. Si la vérité divine est directement énoncée dans les Écritures, alors les interprétations élaborées et les commentaires alambiqués des érudits ecclésiastiques et universitaires sont redondants ou trompeurs, voire même un signe d'apostasie11MALTY, Paul. Christian Fundamentalism and the Culture of Disenchantment. Charlottesville : University of Virginia Press, 2013, chap. Literalist Reading.. »

Ainsi, comme l'a constaté Olson, de nombreux évangéliques rejettent par principe les enseignements issus d'une réflexion approfondie.

« Malgré toutes ses forces, l'évangélisme américain est apparemment anti-intellectuel dans son ADN. […] J'ai été activement "là-bas" dans les "tranchées" (églises) enseignant et parlant et j'ai ressenti les influences de la religion populaire et de l'anti-intellectualisme. J'ai mis les gens (évangéliques) en colère en corrigeant doucement leurs croyances religieuses populaires, y compris l'acceptation sans critique de légendes urbaines de nature religieuse manifestement fausses. […] dans les cercles chrétiens évangéliques, trop souvent, "Comme le dit la Bible" est suivi de quelque chose que la Bible ne dit absolument PAS et l'orateur ne veut pas qu'on lui dise cela, ni ses amis dans l'étude biblique ou la classe de l'école du dimanche12OLSON, Roger E.. The Scandal of the Evangelical Mind—Again. In : Roger E. Olson: My evangelical arminian theology musings [en ligne]. Patheos, 2022-04-11 [consulté le 2022-11-02]. Disponible à l’adresse : https://www.patheos.com/blogs/rogereolson/2022/04/the-scandal-of-the-evangelical-mind-again/. »

Du fait d'un désengagement dans la transmission de la connaissance approfondie, les évangéliques se sont mis eux-mêmes dans une position de faiblesse et de susceptibilité aux fausses doctrines13OLSON, Roger E.. Le pentecôtisme, traits caractéristiques. In : Blog de réflexion chrétien [en ligne]. 2023-01-15 [consulté le 2023-01-22]. Disponible à l’adresse : https://reflexionsjesus.wordpress.com/2023/01/15/le-pentecotisme-traits-caracteristiques/ : « Mon peuple périt faute de connaissance » (Osée 4:6).

Une résurgence du calvinisme

Au sein de ce climat anti-intellectuel, et de par l'état fragmenté de l'évangélisme, on a observé à partir des années 80 une résurgence du calvinisme14VERMULEN, Brad. Reformed Resurgence: The New Calvinist Movement and the Battle Over American Evangelicalism. Oxford : Oxford University Press, 2020, p. 129. McKnight la décrit comme répondant au besoin d'une voix fédératrice dans l'évangélisme :

« La diversification, la fragmentation et la dilution à l'œuvre dans l'étendue de l'évangélisme ont fait apparaître l'absence de voix faisant autorité et ont conduit à un "conflit insoluble". Qui interviendra pour diriger l'évangélisme ? Le nouveau calvinisme revendiquait cette vocation15MCKNIGHT, Scot. New Calvinism Explained: How it happened. In : Scot McKnight, [en ligne] 2022. Disponible à l’adresse : https://scotmcknight.substack.com/p/new-calvinism-explained-how-it-happened. »

Stanglin justifie cette résurgence par la recherche d'une réflexion théologique profonde et d'un cadre traditionnel par certains évangéliques américains. Celle-ci s'est ensuite diffusée en France par influence culturelle16OMNES, Etienne. Pourquoi cette opposition à l'intellectuel chez les évangéliques ? In : Par la foi [en ligne] 2019, consulté le 2022-10-03. Disponible à l’adresse : https://parlafoi.fr/2019/06/25/pourquoi-cette-opposition-a-lintellectuel-chez-les-evangeliques-2/ « Bref, mettez ensemble une communauté réformée prête à discuter avec des évangéliques, une communauté évangélique à la recherche d’une théologie comme les réformés, et ajoutez un catalyseur comme Billy Graham… et vous obtenez une résurgence réformée en Amérique, et par influence culturelle, en France. ».

« Pourquoi y a-t-il une résurgence du calvinisme ? Les évangéliques, en quête de profondeur théologique et de racines confessionnelles, ont trouvé ce qu'ils cherchaient dans diverses traditions chrétiennes : l'orthodoxie orientale, le catholicisme romain et, pour ceux attachés à la Réforme protestante, dans la théologie réformée. Outre sa cohérence logique et son aptitude à éclairer des passages bibliques difficiles, le calvinisme bénéficie de défenseurs et de vulgarisateurs convaincants. Toutefois, le calvinisme qui renaît n'est souvent pas l'orthodoxie réformée classique, mais une forme de déterminisme métaphysique influencée par l'évangélisme américain17STANGLIN, Keith D.. Reconsidering Arminius: Beyond the Reformed and Wesleyan Divide. Fullerton : Kingswood Books, 2014, p. 165-166. Disponible à l’adresse : https://scholarworks.calstate.edu/downloads/7w62fb02s. »

D'après Stanglin, ce sont typiquement les dénominations évangéliques qui ont négligé de formaliser suffisamment leur compréhension théologique, qui sont les plus susceptibles à l'influence des doctrines calvinistes :

« Prenez, par exemple, la plus grande dénomination pentecôtiste du monde, les Assemblées de Dieu. Bien que celle-ci émane du méthodisme wesleyen et qui est donc arminienne dans sa tradition concernant la doctrine du salut, leur « Déclaration des vérités fondamentales » n'exclut pas le calvinisme. Ainsi, lorsque ces églises et leurs responsables sont influencés par le calvinisme jusqu'à l'envisager comme une possibilité théologique, ils constatent qu'il n'est pas incompatible avec leur déclaration de foi et, en un rien de temps, sa présence se développe. L'influence calviniste est encore plus facile dans les Églises qui n'ont pas de confession ou de déclaration de foi, comme les Églises du Christ18STANGLIN, Keith. La résurgence du calvinisme. [The Resurgence of Calvinism]. In : Arminianisme évangélique. [en ligne], 2022-02-21. Disponible à l’adresse : https://arminianisme-evangelique.fr/la-resurgence-du-calvinisme/ ! »

Actuellement, l'évangélisme fait place à des courants variés sur la doctrine du salut. Il se divise principalement en deux : le calvinisme en plein renouveau d'une part et l'arminianisme d'autre part. L'arminianisme enseigne que la grâce divine préparant la conversion est universelle et que la grâce permettant la justification est résistible. Le calvinisme enseigne que la grâce divine préparant la conversion n'est pas universelle et que la grâce permettant la justification est irrésistible.

L'arminianisme d'ailleurs, faute d'être enseigné d'une manière appropriée, en particulier sur la question de la grâce, fait souvent place à sa version évangélique populaire qu'est le semi-pélagianisme, soit l'idée que l'homme n'a pas besoin d'une grâce préparant la conversion (la grâce prévenante)19OLSON, Roger E.. American Christianity and Semi-Pelagianism. In : Roger E. Olson: My Evangelical, Arminian Theological Musings [en ligne]. Patheos, 2011-02-20 [consulté le 2020-07-16]. Disponible à l’adresse : https://www.patheos.com/blogs/rogereolson/2011/02/american-christianity-and-semi-pelagianism/.

Notre stratégie

Nous sommes dans des jours de plus en plus difficiles, où la haine, l'injustice et la calomnie à l’égard des chrétiens sont de plus en plus manifestes. Que fera donc le chrétien sous le feu de la persécution si on sape l'enseignement théologique censé lui permettre d'y faire face ? Ne serait-il pas désavantagé s'il se trouve équipé malgré lui d'une doctrine biaisée sur le salut, la nature et la providence divine ? Il s'agit là des doctrines les plus importantes de la théologie chrétienne, et le temps passant, elles apparaissent comme d'autant plus cruciales. Nous pensons qu'une bonne compréhension du caractère de Dieu, de ses intentions, de son comportement, de son modus operandi, permettent d'entretenir une relation appropriée avec lui, et donc de faire face plus adéquatement aux agressions du monde et du diable.

Face au constat de désengagement dans l'enseignement approfondi et de susceptibilité aux doctrines telles que le calvinisme, la théologie de la libre grâce, le semi-pélagianisme, etc. nous voulions proposer un enseignement théologique plus approprié aux évangéliques. Plus spécifiquement, nous avions l’objectif de toucher les évangéliques francophones, beaucoup moins privilégiés en termes d’accès à l’information que leurs homologues anglophones.

Il aurait été vain de se lancer dans la confrontation directe avec les tenants des doctrines remises en question. En effet, la confrontation n'est jamais fructueuse, typiquement avec les calvinistes20OLSON, Roger E. Pourquoi les échanges arminiens-calvinistes sont rarement productifs ?. In : Arminianisme Evangélique [en ligne]. 2023-01-23 [consulté le 2023-01-23]. Disponible à l’adresse : https://arminianisme-evangelique.fr/pourquoi-les-echanges-arminiens-calvinistes-sont-rarement-productifs/. Ainsi, nous avons été convaincus dès le départ, qu'essayer de faire changer d'avis des calvinistes est vain, mais que c'est l'enseignement des protestants non-calvinistes qui est pertinent.

En accord avec cette approche, nous avons lancé le site Arminianisme-évangélique en mai 2019, proposant des livres réédités et republiés sur le site et plus d'une centaine d'articles d’information ainsi que d'explications de problématiques théologiques. Puis, nous avons créé une page Facebook associée en août 2020. Cette page a permis de renvoyer vers les articles du site ainsi qu'offrir un groupe de discussion.

Il faut noter que bien que nous considérions le calvinisme comme une doctrine sotériologique moins équilibrée que l'arminianisme, cela n'a aucunement remis en question notre résolution de partage et de discussion avec ceux qui se réclament de convictions calvinistes en toute fraternité. Au contraire, nous avons utilisé l'opportunité de collaboration avec eux : Nous avons soumis certains articles à la relecture à différents théologiens ou pasteurs calvinistes (souvent baptistes), pour s'assurer de ne pas déformer leur vision dans nos écrits (et parfois vice-versa).

Les réactions

Les réactions des évangéliques ont été diverses. L'effet de l'anti-intellectualisme a souvent été très perceptible.

Une première émanation de l'anti-intellectualisme évangélique consiste en une certaine forme d'obscurantisme fondée sur une valorisation de l'irrationnel. Olson note à son sujet :

« L'obscurantisme anti-intellectuel est un problème persistant chez les chrétiens. [...] Les gens qui font appel à la croyance contre la logique, qui se délectent de l'irrationalité, sont non-enseignables21OLSON, Roger E.. The Problem of Irrational, Unteachable. In : Roger E. Olson: My Evangelical, Arminian Theological Musings [en ligne]. 2015-04-26 [consulté le 2021-11-04]. Disponible à l’adresse : https://www.patheos.com/blogs/rogereolson/2015/04/the-problem-of-irrational-unteachable-christians/.. »

Dans notre cas, le plus souvent, cette approche se ramenait au parti pris que l'arminianisme et le calvinisme seraient deux options théologiques présentant chacune des points extrêmes et donc que la vérité devrait se trouver quelque part au milieu. Attachés à ce parti pris, ces évangéliques déclarent par exemple : « je ne suis ni calviniste ni arminien ». Ils disent alors marcher sur une voie médiane. Par contre, à la question « qu'est-ce qui fait que vous n'êtes pas arminien? » ils sont incapables de répondre par simple méconnaissance du sujet. Très souvent, ils refusent simplement d'étudier la question en vue de prendre position car ils se satisfont de l’ambiguïté.

Du fait de leur approche, ces personnes considèrent qu’un enseignement théologique raisonnable ne peut résulter d'une analyse approfondie, du moins plus que la leur. Ainsi, ils ont parfois critiqué notre travail en faisant appel à la « simplicité de l’Évangile ». Par procédé de généralisation abusive ils prétendent que puisque l'évangile est « simple » à mettre en œuvre donc les réalités qui le sous-tendent seraient simples à comprendre (cf. 2 Pierre 3:15-16).

Cette première approche anti-intellectuelle a certainement été la plus fréquemment rencontrée. Elle ne s'est soldée que par de l'incompréhension et du désintérêt de la part de ses tenants.

Selon une approche dans le fond tout autant irrationnelle, les adhérents à la doctrine de la préservation inconditionnelle sans nécessité de persévérance soutiennent quant à eux souvent leur thèse à l'aide de sophismes. Ils rejettent donc la thèse contraire que nous proposons sans réelle justification logique22OLSON, Roger E.. Comment résoudre un dilemme théologique ?. In : Arminianisme Évangélique. [en ligne]. 2022-12-26 [consulté le 2023-01-22]. Disponible à l’adresse : https://arminianisme-evangelique.fr/comment-resoudre-un-dilemme-theologique/. (Voir à ce propos : La doctrine de la sécurité éternelle : problèmes de logique).

Une deuxième émanation de l'anti-intellectualisme évangélique est un fondamentalisme ayant comme tendance à élever au rang de dogme chrétien des doctrines secondaires. En l'occurrence, pour les fondamentalistes calvinistes, les cinq points du calvinisme sont parfois inclus dans la définition même de l’Évangile23OLSON, Roger E. Deux types de fondamentalisme chrétien. In : Blog de réflexion chrétien [en ligne]. 2023-02-19 [consulté le 2023-02-19]. Disponible à l’adresse : https://reflexionsjesus.wordpress.com/2023/02/19/deux-types-de-fondamentalisme-chretien/.

Dans leur réaction à notre projet d'information théologique, les calvinistes fondamentalistes ont souvent procédé en utilisant le sophisme de l'épouvantail. Ils ont par exemple nié que l’arminianisme enseigne la grâce prévenante. Ceci permet de confondre l'arminianisme avec le semi-pélagianisme et donc de le critiquer en tant que tel. (Voir à ce propos : Pourquoi, selon l'arminianisme, l'intelligence humaine est incapable de choisir le salut ?).

Nous pensons que les lecteurs du site représentent des publics très variés. Néanmoins, nous avons l'espoir d'avoir touché parmi eux, ceux mus par la soif et le désir authentique de comprendre mieux les réalités spirituelles. Nous avons reçu d'ailleurs plusieurs retours positifs qui nous ont encouragés. En voici un exemple :

« Bonjour, j’aime beaucoup le contenu de votre site, et je suis très content d’avoir pu le découvrir. Il m’a été d’un grand bénéfice et m’a fortifié dans la foi. […] » (2022-09)

Nous sommes aussi enthousiastes du fait que nos ressources aient pu être référencées sur d'autres sites ou mentionnées dans les cours de certaines facultés ou instituts de théologie (ex : IBQ, ITB,...)

Conclusion et perspectives

L'intellectualisme, présent surtout dans le christianisme traditionnel ou libéral, élude le surnaturel de la réflexion théologique. Il a tendance à produire un matériel mortifère sur le plan spirituel. D'un autre coté, l'anti-intellectualisme est plutôt présent dans le christianisme évangélique. Il a tendance à y engendrer une certaine susceptibilité aux fausses doctrines.

Comme nous l'avons vu, il semblerait que l'opposition à l'intellectuel soit indirectement une des causes majeures de la résurgence actuelle du calvinisme dans l’évangélisme. Pour notre part, nous relevons que ce parti pris a été la cause principale des freins rencontrés dans l'avancement de notre projet d'information théologique.

Nous sommes toutefois satisfaits et reconnaissants de l'audience que nous avons eue jusqu'ici. Nous le sommes aussi des livres et articles qui sont publiés à ce jour. Ceux-ci permettent, selon nous, de couvrir la majorité des sujets importants que nous voulions aborder. Notre projet se limitera donc maintenant à compléter modestement ce qui doit l'être.

Références